Extinction de l’éclairage public

Le conseil municipal, lors des séances du 14 mai et du 11 juin, a voté l’installation de cellules astronomiques dans les coffrets d’éclairage public. En effet, une mesure d’extinction de l’éclairage public pendant une plage horaire peu fréquentée par la population permettrait de réaliser des économies importantes sur la consommation d’énergie, la durée de vie des matériels et sa maintenance, et de limiter la pollution lumineuse pour préserver la faune et la flore.

Des économies d’énergie importantes
Le SDE 09 a évalué la pose des cellules astronomiques à 4 260 € financés à 50 % par le SDE 09 et à 30 % par le Territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV). La part restant à la charge de la commune s’élèverait à 852 € uniquement la première année. Les économies sont estimées à 4 000 € par an. Dans un contexte économique difficile avec des subventions annuelles en baisse, tout effort est important et l’éclairage public impacte lourdement le budget de fonctionnement de la commune. Selon l’ADEME et l’ANPCEN, l’éclairage public représente en France 41 % des consommations (kWh) d’électricité des collectivités territoriales. En 2017, 5 000 communes expérimentent déjà l’extinction nocturne en France.

Un impact écologique atténué
La commune agit ainsi sur les émissions de gaz à effet de serre liées à la consommation d’électricité non renouvelable, sur la perturbation de la biodiversité nocturne (oiseaux, chauve-souris, mammifères…) et elle s’inscrit dans les plans Climat Air Énergie Territorial et TEPCV.

Un rythme biologique préservé
C’est certainement ce qui est le moins connu, l’éclairage nocturne perturbe nos rythmes biologiques : troubles du sommeil, augmentation du stress, modification des rythmes hormonaux.
Dans un souci d’information et de compréhension de cette mesure, madame le maire invite les Sauratois à participer à une réunion publique cet été, en présence de gendarmes, de pompiers, de personnes vivant dans des communes où l’éclairage nocturne a été supprimé (Arignac, Tarascon-sur-Ariège).
Ainsi les principales craintes seront abordées, la sécurité et l’accidentologie notamment.
Il y a un siècle le progrès c’était la lumière, aujourd’hui l’avenir c’est l’économie d’énergie.